lundi 24 juillet 2017

Monoï lover


Eh voilà, elles sont là, les vacances tant attendues, ô combien méritées, surtout cette année où je me suis auto-octroyé 3 semaines complètes off. Je glande sur le canapé de mon chalet, il fait 12° dehors et il pleut mais je m'en tape, l'été, c'est dans la tête et dans le coeur!

La mémoire olfactive est un bon moyen d'atteindre ce sentiment de plénitude, de lâcher-prise et de bonheur, osons le mot. Il y a des odeurs qui rappellent l'été. Et en tout premier celle de la crème solaire, Ambre solaire, Sherpa Tensing ou l'huile Hawaiian Tropic que ma tante ramenait de ses saisons au Club Med en Polynésie. Ainsi, chaque année, dès le début des beaux jours, je ressors mon parfum préféré dans la famille des "tiaré-coco-vanillés": Bronze Goddess d'Estée Lauder. Beaucoup ont essayé d'enfermer le paradis dans un flacon, aucun n'y arrive aussi bien. Pas même le Beach Walk de Maison Margiela, pourtant incroyable mais comme souvent, je ne l'aime pas sur ma peau. Chaque année, la marque américaine ressort son best-seller estival dans un flacon différent mais toujours avec ce mix parfaitement réussi de peau chauffée au soleil, de sable brûlant et de noix de coco. On me dit souvent que je sens bon (il ne manquerait plus que ça!), mais là, avec Bronze Goddess, c'est le succès absolu!

Ensuite, il y a les produits annexes qui renforcent ce sillage voluptueux. A commencer par les huiles pour le corps inspirées des fameuses huiles solaires bronzantes des années 70/80 (avec un SPF ridicule de 2 ou de 4, mais qui s'en souciait à l'époque?). Cette année, j'ai craqué pour celle de Guerlain dans la gamme Terracotta qui se défend pas mal du tout sur le terrain de la gourmandise tropicale. J'adore son nom poétique qui vous met instantanément une honteuse chanson de Céline Dion et Garou dans la tête: Huile Sous le Vent! Eh c'est parti: c'est comme si j'avais pris la mer...

Less is more, je ne vais pas multiplier les références au monoï. Outre la sacro-sainte Yves Rocher (oui, oui, il faut vraiment que je vous en parle), Sephora a aussi lancé dans sa gamme maison un gel moussant aux parfums de vacances, Monoï Fever. J'ai fait une exception à mes principes anti-pétrochimie etc. pour ce produit généreux (260 ml pour une dizaine de francs), qui développe tout son potentiel dans un bain pas trop chaud. Et puisque désormais nous avons la chance d'accéder en Suisse aussi à ce temple de la beauté français, n'hésitez pas à dévaliser le corner dédié à cette senteur, qui se décline en crème pour les mains, lait corps, gel douche, savon pour les mains et sucres pour le bain. Un délice sans fin!

Bonnes vacances à celles qui en prennent! Je reviens bien vite, c'est promis.

lundi 17 juillet 2017

Farniente & Dolce Vita


Molle, molle, molle, c'est comme ça que je me sens en ce début (milieu?) d'été. Pas encore en vacances, plutôt fatiguée, à peine motivée par des soirées en terrasse dans la torpeur de la canicule... Faut dire que j'ai pas mal bougé ce printemps, vous l'avez sans doute vu sur mon compte Instagram. Après un séjour de rêves aux thermes Saint-Malo, j'ai enchaîné les voyages de presse à Rome, Paris, puis à la Gacilly dans l'ecospa d'Yves Rocher (une superbe découverte, il faut que je vous raconte aussi). Et vous savez quoi? Eh bien ça me va très bien de vivre à ce rythme! Marre de me foutre la pression, si j'ai envie de glander sur ma canapé, je le fais et j'arrête de culpabiliser. J'aime passer du temps dans ma cuisine aussi, c'est un plus. Je lis beaucoup. Je savoure la vie quoi! A l'italienne en somme, normal vues mes racines (50% rital, c'est génétique: le farniente fait partie de mon ADN).


Je me suis régalée avec ce séjour express dans la capitale pour le lancement du nouveau parfum Bulgari, fin mai. Levée au milieu de la nuit pour prendre un avion à 7h (l'absurdité des voyages de presse), je me suis retrouvée à 8h30 à fumer passivement devant l'aéroport avec ma pote en attendant un chauffeur introuvable (aaaaah, ce flegme italien), à une heure où d'habitude je sirote encore mon Earl Grey en pyjama sur mon canapé. Du coup, on a eu le temps de faire un paquet de choses durant cette looongue journée qui s'est terminée un peu avant minuit. Dont un peu de shopping dans le quartier de notre hôtel, un délicieux palace légèrement décati. Et une visite obligatoire dans une église pour allumer un cierge ou deux (trois même pour ma part).


Outre Zara et &otherstories, il y avait aussi juste derrière l'hôtel une petite boutique Santa Maria Novella. Des produits hors de prix qui font frémir toutes les journalistes beauté, avec leur packaging rétro et leur histoire née dans la plus vieille pharmacie de Florence en 1612, ce qui en fait la plus ancienne marque encore vivante du monde occidental! Les parfums sont à tomber, des colognes merveilleuses parfois dominées par l'iris de Florence, mon odeur préférée. Les eaux florales vous garantissent un teint de reine rien qu'à les contempler. Les savons, le thé et les pastilles satisfont les petites bourses. Bref, on y est restées des heures, on y est même revenues après avoir hésité à acheter le lait pour le corps, pour finalement renoncer (50€ quand même).


Le petit savon à 10€ a fait le bonheur de ma maman, à qui il a rappelé son enfance en Italie. Quant à moi, je me suis rabattue sur le bon vieux Borotalco, tout aussi enivrant en terme de souvenirs olfactifs. On peut l'acheter par paquet de 2 X 100 gr dans nos supermarchés locaux pour 3 fr. 80!

dimanche 11 juin 2017

Comment j'ai arrêté de me ronger les ongles




Oui, vous avez bien lu, après près de 40 ans de massacre systématique de mes ongles (sans les mettre dans la bouche, je précise, ce n'est donc pas de l'onychophagie), j'ai réussi à me défaire de cet affreux toc. Enfin, pour un temps, car j'y arrive par périodes... puis le stress me rattrape. Bref, en attendant, en ce joli mois de juin où je suis sans arrêt en représentation pour le boulot, je suis contente d'avoir des mains soignées (à défaut d'avoir retrouvé un IMC sain, emoji triste).

Voilà donc ce qui m'a aidé: le kit Gel Break d'OPI. C'est fou, je l'avais chez moi depuis longtemps, je l'avais même déjà photographié pour vous le présenter, et puis les mois passaient et mes ongles étaient tellement abîmés que je n'osais même pas essayer. Puis deux personnes m'en ont parlé en bien (je me grille en tant qu'influenceuse là...) et je me suis décidée à retenter le coup. Joie bonheur, effectivement, en une petite semaine, j'avais un millimètre d'ongle, ce qui est une grande victoire pour moi.


La pose de ce traitement se fait en trois temps: un sérum en guise de base au calcium, silicium, extraits de bamboo et de cactus, légèrement pailletée pour camoufler les irrégularités de l'ongle. On pose ensuite deux couches d'une couleur nude (j'ai le Properly Pink, très très naturel), puis on termine avec le topcoat "gel like" qui contient également les extraits de bamboo et de cactus et assure un fini brillant.


On a immédiatement l'impression d'avoir des plus beaux ongles, tandis que la cure agit sur le long terme avec ses actifs durcissants (et clean, je précise). Chez moi la manucure a tenu 5 jours, après il y avait un petit accroc et je me suis mis à le gratter nerveusement donc j'ai enlevé et recommencé. Je croise les doigts pour réussir à garder ce résultat le plus longtemps possible!



Et vous, vous avez des trucs pour arrêter de se triturer les ongles?

samedi 27 mai 2017

Comment choisir son shampooing

(c) Instagram yosoyalbertbelmonte

C'est la question que j'entends le plus en ce moment (avec celle du déodorant idéal): quel shampooing choisir pour éviter le pire de la pétrochimie. Je suis tellement contente de voir que la société de consommation montre ses limites et que les gens prennent enfin conscience des cochonneries qu'on leur a infligées depuis des années. Triste aussi de savoir qu'on a été empoisonnées tout ce temps par nos tampons, nos mascaras, nos durcisseurs d'ongles et nos gels douches. Côté cheveux, nous sommes sans doute nombreuses à avoir été adeptes de Fructis et compagnie, à râler parce que nos racines regraissaient trop vite et à abuser de démêlant pour que nos longues mèches ne résistent pas au peigne. Les années passant, on ne pouvait que constater que nos cuirs chevelus devenaient irritables, que l'on perdait inexorablement du volume malgré tous les produits gonflants, que nos cheveux étaient cassants et ternes, et qu'on devait les laver tous les deux ou trois jours. Pas vrai?

Aujourd'hui, toutes les marques se précipitent pour lancer des gammes capillaires aux velléités naturelles. Je les teste méthodiquement depuis plusieurs années, et je dois dire que mes cheveux n'ont jamais été aussi en forme, brillants de santé, dociles, solides. Dernièrement j'ai pu expérimenter le nouveau rituel Aura Botanica de Kérastase, une gamme qui se revendique sans sulfates, sans silicones, à base d'huile d'argan issu du commerce équitable, dans un packaging plus écologique. Un sans faute, je l'avoue. Seul bémol: en voyant ma flamboyante chevelure rousse, les coiffeuses du salon qui nous accueillaient pour ce soin ont blêmi: Aura Botanica déploie tous ses effets surtout sur les cheveux non traités chimiquement, ceux-ci réclamant un petit surplus de "cosméticité" (qui s'appelle en général silicone). J'ai insisté pour tester quand même, et wouaw, tout le monde a été surpris par la douceur et la brillance de mes cheveux. J'ai alors avoué que je n'avais pas attendu Aura Botanica pour éliminer les sulfates et les silicones de ma salle de bains. J'ai même réussi à convaincre ma mère (mais il a quand même fallu qu'elle tombe sur l'émission A Bon Entendeur consacré au sujet pour qu'elle me dise: ah oui, tu avais raison, c'est ce que tu nous dis depuis des années...) qui achète depuis le shampooing et le conditioner volume de Burts Bees, à la grenade, qu'elle trouve facilement dans sa chère Migros. Moi aussi je pourrais me contenter de ce duo gagnant, mais comme je suis curieuse, je ne peux m'empêcher de tester encore et encore des nouveautés. Je lis scrupuleusement les étiquettes car parfois, dans une même marque, certains produits sont tip top quand d'autres sont tout caca. Par exemple chez Paul Mitchell... j'en reviens pas que certains de ses flacons contiennent du MIT alors que la marque a construit tout sa communication sur une formulation clean, suite à la mort de son fondateur emporté par un cancer... Il est toléré dans les produits type gel douche ou shampooing sous prétexte qu'ils se rincent. Mais si je peux éviter, je préfère.


 
J'adore la communication des petites marques, je les trouve tellement plus créatives!

De quoi faut-il tenir compte?


Conservateurs - Les flacons annoncent souvent fièrement "sans parabens", alors que franchement, les parabens ont subi un faux procès et risquent bien de revenir par la petite porte. Regardez sur l'étiquette s'il y a un ingrédient qui se termine en thiazolinone, vous pouvez être sûres que ce n'est pas bon. Je ne suis pas très fan non plus du phénoxyethanol encore très présent.

Sulfates - On trouve du Sodium Laureth Sulfate (SLS) dans tous les produits moussants car c'est l'agent tensioactif par excellence. Il garantit cette onctuosité qui nous donne une fausse impression de propre. Vous trouverez au rayon bio de nombreux produits sans SLS car c'est un actif très irritant (un détergent, comme dans les lessives ou les produits de nettoyage pour baignoires!). Les formulateurs ont réussi à le substituer avec des dérivés de la noix de coco ou des sucres tout aussi efficaces.

Silicones - Ils furent pendant longtemps le seul moyen de rendre le cheveu lisse et doux en l'enrobant de ce résidu du pétrole. Bien que le silicone en soi ne représente pas de danger pour la santé, il reste une matière première inerte, qui n'apporte donc rien au cheveu et surtout qui n'est pas biodégradable... Aujourd'hui, les huiles végétales sont omniprésentes et viennent nourrir gracieusement nos longueurs. L'huile de coco est un peu trop à la mode pour qu'on ne se pose pas la question tôt ou tard de sa surconsommation et des problèmes qui pourraient en découler, hausse du prix pour les populations locales, déforestation... L'argan et le karité sont souvent issus de filières plus contrôlées, éthiques et durable (Inch'Allah!).

Voici les marques vers lesquelles vous pouvez vous tourner:

Bjorn Axen, qu'on trouve chez Manor notamment
Bio A + OE
LA. Bruket (sur perfecthair.ch et chez Globus)
Burt's Bees (pharmacies, Manor, Migros)
La gamme Amino Acid de Kiehl's
Weleda (grandes surfaces et magasins bio)
Melvita (pareil)
Klorane
Grown Alchemist
Number 4 (super tutos sur leur Instagram)
Evo (pas toute clean mais j'ai bien aimé la philosophie, éco responsable et humaniste)



Certaines gammes chez L'Oréal (à la suite de EverPure...)
Certaines gammes chez Rausch mais pas toutes (Pois de coeur...)
Aura Botanica quand même (chez les coiffeurs dépositaires Kérastase)

Une consommatrice avertie en vaut deux: jetez toujours un oeil à la compo, même si vous devez vous armer d'une loupe, et ne vous laissez pas aveugler par les arguments marketing mis en évidence sur le produit!

dimanche 7 mai 2017

Make-up minimaliste avec ces nouveautés du printemps 2017



L'ai-je déjà dit ici? Ceux qui me connaissent savent que je ne maquille presque pas. Juste du rouge à lèvres bien rouge, parfois un effort pour unifier le teint, et une micro correction des sourcils pour aller avec mes cheveux colorés. Je ne me rue donc pas sur la dernière palette Too Faced, ni sur le dernier fond de teint YSL. Mais j'ai quand même quelques coups de coeur, en mode less is more.

Pour le teint donc, je suis devenue une adepte des cushion creams. Révélation avec celle de Lancôme, déception avec une "vraie" coréenne pas du tout adaptée à ma carnation, puis une satisfaction relative avec celles de L'Oréal et de Maybelline, beaucoup plus abordables. Dans mon panier ce printemps, le Skin Foundation Cushion Compact SPF 35 de Bobbi Brown, qu'on m'a envoyé pour une fois dans ma couleur (c'est à dire Porcelain!). Le boîtier est plutôt imposant, et la distribution sur le coussin pas très uniforme avec une arrivée au centre, mais le résultat est top, je l'emporte partout avec moi. Son prix: 50 fr.


Pas très douée avec les pinceaux, j'aime bien me maquiller avec des crayons. Pour les sourcils, celui de la marque bio Bo-Ho Green Révoltion est juste parfait, pas trop dur, petit format, avec le brosse goupillon, sourcils soulignés et brossés en 10 secondes. Chez celb-cosmétiques notamment pour 9 fr.

Les crayons à lèvres, j'en use des kilomètres. J'aime bien ce Sisley qui a une couleur facile à porter (Ruby), une bonne tenue, une texture grasse confortable avec un fini mat, et j'espère une compo un peu allégée en pétrochimie vue la marque! Perso je n'utilise pas le pinceau au bout et je le mets quand même sur toute la lèvre, comme un rouge, en base ou tout seul. Son prix: 51 fr 90 chez Douglas (ouch!)

Parfois, je mets du mascara, mais j'ai vraiment beaucoup de peine à en trouver un qui ne me donne pas une furieuse envie de me gratter les yeux. En général, je me démaquille sitôt arrivée à la maison tellement je souffre. J'ai choisi le dernier de Clinique pour son look rigolo avec ses trois épaisseurs de cils possibles, et j'ai testé sur mon bonami: un oeil naturel et un oeil avec plus de volume. Il a remarqué la différence, mais c'est subtil. En tournant l'étui pour mettre l'encoche face à l'effet désiré, on obtient un volume sur mesure. Comme d'autres mascaras Clinique, il s'élimine simplement et délicatement à l'eau tiède. Il porte le nom compliqué de Mascara Lash Power Flutter-to-Full et coûte 39 fr.


Quant au dernier produit, j'ai craqué sur le design inspiré de La Petite Robe Noire, et le côté 2-en-1 qu'en général j'apprécie bien. Ce Lip & Cheek Tint de Guerlain a l'air fluo mais c'est en réalité un rose universel et très naturel. Il se présente comme un vernis, avec un petit pinceau. Sur les joues, il donne juste un effet bonne mine. Sur les lèvres, la texture gelée m'a donné une impression de froid comme si elle contenait du menthol (vérification faite, il y a du menthoxypropanediol, un agent rafraîchissant dérivé du menthol). Elle colore à peine et n'est pas très confortable, donc je garderai ce produit comme blush. Son prix: 37 fr. 90 chez Douglas.

Voilà voilà, c'était mon petit blabla du dimanche soir. La semaine prochaine, je vous parle des parfums qui sentent l'air marin... A très vite!

vendredi 31 mars 2017

Les 5 vernis qu'il vous faut en 2017



Pfiou, mon étagère à vernis aurait bien besoin d'une détox.... Depuis que le nail art est devenu une discipline de blogueuses, je n'ai cessé de collectionner les it-vernis sans jamais en terminer aucun... Et pour finir, il me semble que je porte tout le temps les mêmes, les rares fois où je me fais les ongles (parce que non, je ne suis pas une NPA)!

Si vous ne deviez garder que 5 couleurs, je vous recommanderais ceux-ci, choisis dans les collections 2017.

Un rouge framboise

Classique mais pas trop, frais pour l'été, aussi joli sur les orteils que sur les doigts, c'est sans doute la teinte la plus facile à porter. Et pas si simple à trouver. Je suis fan de celui-ci de Dior, le no 877, Turn me Dior. Et sauf erreur, il se décline aussi en rouge à lèvres, la classe mondiale.
 

Un rouge foncé

Tèèèèllement élégant, le rouge noir qu'on associe à Chanel, mais qui existe dans toutes les marques ou presque. Ici c'est l'une des dernières collections Essie, avec ce Bold Beauty irrésistible.



Un nude nacré

Sur les pieds bronzés, il fait ressembler nos ongles à de petits coquillages perdus dans le sable d'une plage paradisiaque. Dépaysement immédiat et ambiance vacances même à Vidy. Powder Room de Sally Hansen Color Therapy (no 200)


 

Un bleu pastel

Bleu 50s, piscine ou Vespa, c'est un audacieux qui revient régulièrement nous tenter avec sa connotation rétro, voire régressive (layette). OPI en a élaboré un sublime dans sa collection Fiji, Suzi Without a Paddle, qui se marie parfaitement avec le retour du denim clair!


Un bleu roi

Ou bleu Klein, ou encore Majorelle, j'en ai accumulé un certain nombre avec les années sans jamais me lasser, plus facile sur les pieds en vacances que sur les mains au travail, mais bon, allez, YOLO!
Got the Blues d'Alessandro.

samedi 4 mars 2017

Crayon jumbo à lèvres Burt's Bees, usé jusqu'au bout!




C'est l'histoire du cordonnier mal chaussé, ou alors d'une fille qui déteste simplement jeter les choses. J'adore les crayons jumbo pour les lèvres, tellement pratiques à trimballer partout, tellement simples à appliquer, même sans miroir. Car le secret de lèvres bien rouges reste la retouche, après chaque repas, boisson ou après un certain laps de temps.
Les plus beaux du marché sont sans contexte ceux de Nars. J'en possède au moins 5, mais j'ai tendance à les laisser dans ma salle de bain et à les utiliser le matin. Je me maquille rapidement mais je soigne particulièrement ma bouche. Contour et remplissage au crayon fin, puis le rouge à lèvres lui-même, en stick ou en crayon jumbo, donc, version mat. Mais ensuite dans la journée, c'est celui de Burt's Bees qui m'accompagne depuis 15 mois. Son état le prouve, et j'ai légèrement honte quand je le sors, mais je peux dire que je l'ai vraiment usé jusqu'au bout! Et je le rachèterais sans hésitation, pour son rendu magnifique, son confort, et sa formule 100%naturelle.


Dans le mass market, ceux de Revlon ou de Astor ont un excellent rapport qualité prix. J'en ai usé également un de chaque dans ces marques. Mais mon prochain petit plaisir pourrait bien être signé Chanel. La maison prestigieuse prend parfois son temps pour sortir leur version de produits présents sur le marché depuis longtemps, mais on peut être sûr que qualité et élégance seront au rendez-vous.



Vous aussi, ils vous font de l'oeil?

jeudi 2 mars 2017

Crashtest des déodorants Schmidt's




Ahhhh, les déos, un sujet sans fin! Après avoir essayé beaucoup de formules sans sels d'aluminium, cru trouvé celui qui deviendrait mon meilleur ami, m'être disputé avec lui, être revenue aux classiques, je suis retournée aux "sans". Les dernières études sur le rapport entre déodorant et cancer du sein sont de plus en plus alarmantes, donc j'ai recommencé ma quête du produit parfait et sain. Celui d'Aesop a fait mon bonheur quelques temps, mais finalement je n'étais pas super sûre de moi en fin de journée...

Comme je lis à peu près toutes les revues que je vois passer sur le sujet, je me suis décidée à commander les fameux Schmidt's qui semblent faire l'unanimité. J'en ai pris deux pour voir, un stick au Tea Tree et un crème au cèdre et genévrier.Verdict.

Niveau efficacité, rien à dire, ils sont SUPER SUPER efficaces, aucune odeur, quasi pas de transpi, c'est top.



Question application, le stick est évidemment plus pratique. La version crème est plutôt solide, il faut en prélever une dose avec la petite pelle, la faire chauffer au bout des doigts pour l'appliquer sous les aisselles. Mouais.

Seul bémol, car il y en a un bien sûr: je me doutais bien que cette texture blanche et crémeuse serait un cauchemar sur mes tenues noires. Et ce qui devait arriver arriva: le jour où j'ai mis une jolie robe noire pour aller à un événement, j'ai fait bien attention aux traces, je n'ai rien vu en partant de chez moi, et pourtant, une heure après, ma robe était zébrée dégueulasse. Je pense que la formule ne sèche pas tout de suite, et soudain, c'est le drame. Voilà donc comment je me suis retrouvée telle un souillon à mon event au milieu des autres journalistes tirées à quatre épingles. Grrrrrrr.


Comme je ne suis pas rancunière, j'ai tiré la leçon de cette humiliation et suis repartie du bon pied avec mes nouveaux amis Schmidt's, parce que je pense quand même qu'ils valent la peine!

Et vous, vous avez trouvé votre déodorant idéal?

mercredi 1 mars 2017

Baume solidaire à la violette de L'Occitane


Premier jour de mars, déjà..... Je ne vais pas épiloguer sur le temps qui passe trop vite. Juste profiter de ce mois de l'année où l'on se met soudain à penser à la condition de la femme, l'égalité des salaires, ou plutôt l'inégalité, les violences dont elles sont victimes partout dans le monde, etc...

Le baume solidaire de L'Occitane est là chaque année pour nous le rappeler. Avec l'argent des ventes de cette boîte ronde en général plutôt jolie, la marque finance des projets qui encouragent l'autonomie des femmes. On connaît son investissement dans le développement de coopératives gérées entièrement par les femmes autour du karité au Burkina Faso. Elle soutient bien d'autres projets. Même si l'on reproche beaucoup aux entreprises actives dans la cosmétique de se racheter une conscience avec ce type d'actions, rappelons que L'Occitane le fait depuis ses débuts ou presque. Ce n'est pas pour faire semblant, l'empathie, la générosité et l'éthique font partie de l'ADN d'Olivier Baussan, son fondateur.

Et pour couronner le tout, celui de cette année est parfumé à la violette, et vous savez comme j'aime ça! Un petit baume à tout faire, pour les lèvres, les zones sèches, même les pointes des cheveux, pour 6 francs, allez-y, c'est pour la bonne cause...

mardi 28 février 2017

Colorista, pas pour moi

no make up!
 Depuis plus d'un an, j'ai une mèche décolorée sur le devant qui serait, dans un monde idéal, couleur pêche mais qui oscille entre le rose fluo et le blond selon le nombre de lavages qu'elle a subi. Toutes celles qui ont cédé à la mode des cheveux pastel vous le diront: l'entretien est une sinécure. Outre le fait que la décoloration n'est pas sans danger pour la qualité du cheveu, obtenir la couleur exacte dont on rêve n'est pas gagné d'avance... Brrrref!
 

Champion du monde des produits parfaitement marketés, L'Oréal Paris lance ces jours une collection de teintures modulables. Des sprays qui tiennent un jour, des teintures semi-permanentes qui tiennent 2 à 3 semaines, et des formules permanentes qui vont du rose gris au vert sapin (la prochaine tendance, paraît-il). J'ai testé illico la version spray temporaires et comme toutes les blogueuses qui ont fait une revue du produit, j'ai trouvé ça... nul! Pas plus efficace qu'un spray de Carnaval, légèrement irisé (y compris sur les doigts et toute autre surface qui croisera votre mèche, écharpe, oreiller, etc), très peu colorisant, avec un fini cartonné comme une mauvais laque. En plus la contenance est vraiment risible vu qu'il faut en mettre quand même une bonne dose.



Je me réjouis en revanche de tester la version washout, qui se décline en plusieurs couleurs vachement plus intéressantes, et qui aura le mérite de colorer durablement ma fameuse mèche avant que je ne perde vraiment patience et que je renonce définitivement à cette coquetterie! Si je n'étais pas quadra, je me risquerais bien au total look pearl hair... Dans une autre vie!

lundi 27 février 2017

Parfum d'ambiance Guerlain... insolent?


J'aime beaucoup Guerlain, comme toute rédactrice beauté qui se respecte. L'histoire de la maison, le nombre de jus cultes, l'élégance ultime du maquillage et la préciosité des soins en font évidemment une marque à part. Qui ne va pas très bien, me semble-t-il, dans un monde qui a mal à sa consommation...

Le prix de leurs parfums, rouges à lèvres et autres Terracotta restent élevés, mais certaines gammes frisent l'indécence. Orchidée Impériale par exemple. Je ne crois pas avoir jamais utilisé un de ces soins (ils font en général de très beaux cadeaux aux mamans et belles-mamans!).

L'odeur "signature" de cette ligne anti-âge porte à elle-seule l'ADN de Guerlain, un mélange fleuri d'une finesse exquise au final poudré à souhait. Un rêve capturé dans un flacon de parfum d'ambiance et offert aux journalistes il y a quelques Noëls. En grande conservatrice que je suis, je ne l'ai sorti que récemment pour dissiper l'odeur de renfermé que peut parfois avoir ma chambre au chalet quand je n'y ai point dormi depuis plusieurs semaines.

Et me voilà ici dans mes chères montagnes pour une semaine de repos, où l'envie me prend d'écrire un peu sur ce blog semi-abandonné. Je commence donc par ce billet sans prétention qui vous parle d'opulence (le mot à la mode pour dire snobisme), avec ce parfum d'intérieur que je n'ai retrouvé sur aucun site... Quelle insolence, n'est-ce pas? A peine moins snob que le liquide vaisselle Astier de Villatte (que je possède aussi) ou les doudounes Moncler (j'ai vendu la mienne).

Et vous, quels sont vos snobismes avouables?

mercredi 8 février 2017

Posséder sa propre boutique, le rêve?


En ces temps chahutés pour la presse qui affronte une crise sans précédents, chacun y va de son petit rêve pour sortir de ce marasme et retrouver une qualité de vie. Entre les envies de retourner à la terre, de tenir un bistrot ou d'organiser les mariages des autres, posséder une petite boutique fait partie des projets les plus souvent évoqués. Le rêve, être son propre patron, choisir son concept, ses horaires et ses marchandises... jusqu'au moment où tombent les premières factures, les mois creux, les nuits blanches et l'insécurité. C'est ce que j'entends autour de moi de celles et ceux qui ont sauté le pas. Pas si facile. Alors je m'efforce toujours de soutenir les commerçants de mon quartier, les boutiques spécialisées, les cabinets de curiosités... Laissez-moi vous présenter My Deadly Shop.

Situé dans le rue Cheneau de Bourg, face à face avec une autre de mes boutiques préférées, Chabada Vintage, My Deadly Shop a pris le pari du noir et du morbide glamour. Des bougies imprimées de têtes de mort, des bagues de bikers, de la lingerie rétro, quelques bondieuseries et tout un rayon dédié au merchandising de Sailor Jerry, le plus cool des tatoueurs ayant cédé ses droits au dieu du commerce.


Inutile de vous dire que j'ai craqué mon slip la première fois que j'y suis allée. Deux T-shirts, une bague et une bougie plus tard, j'étais hyper contente de ma visite. Et j'ai pu justifier mes dépenses auprès de mon bonami en disant que je soutenais les petits indépendants! C'est clair que je ne vais y aller chaque semaine, ni même chaque mois, mais je la garde dans mes bonnes adresses et vous conseille vivement d'y faire un tour. N'ayez pas peur de pousser la porte, ces lieux intimistes sont parfois intimidants mais Flo, la propriétaire, vous conseillera avec bienveillance et vous aidera à dénicher la bague à votre taille (elle a même ajusté la mienne sur place), un joli coussin ou un cadre qui donnera cette petite touche gothique à votre intérieur.


My Deadly Shop, rue Cheneau de Bourg 4, Lausanne, 021 311 48 77, mydeadlyshop.com
Instagram: MyDeadlyShop

dimanche 8 janvier 2017

Le bien-être chez soi selon Dr. Hauschka



Juste avant Noël, j'ai eu la chance de tester "le grand soin" signature Dr. Hauschka, un rituel de deux heures que seules quelques bio esthéticiennes pratiquent en Suisse Romande. L'expérience était très spéciale car j'ai été reçue chez une dame qui a aménagé une cabine de soins dans son appartement style1900, sous gare à Lausanne, et qui est fidèle à la marque depuis près de 30 ans. J'ai beaucoup aimé bien sûr le fait que les produits soient naturels et bio, qu'il n'y ait pas de gommage avec des grains (pas dans la philosophie de la marque: une crème nettoyante appliquée par petites pressions élimine les impuretés jusqu'au fond des pores sans toucher à la couche cornée dont on a besoin, inutile donc de l'agresser pour ôter les cellules mortes, la nature fait très bien son travail dans un cycle de 28 jours), et pas trop d'accumulation de produits. Vous pouvez lire mon article dans le Femina de ce jour d'ailleurs.

Après le soin, j'avais évidemment la peau douce et le teint rose mais cela n'a pas duré, merci les fêtes et leurs excès tant émotionnels qu'alimentaires! Heureusement j'avais sous la main un kit pour réaliser à la maison un petit rituel revitalisant presque comme en institut. J'avais peur que l'aspect purifiant soit trop intensif pour ma peau sèche et sensible mais pas de soucis, le soin en 3 temps est compatible avec tous les types de peau.


On commence par un bain de vapeur, en dissolvant une fiole d'extraits de plantes (pâquerette, capucine et hamamélis) dans un bol d'eau bouillante et en plaçant son visage au dessus, la tête recouverte d'une serviette. Dans le soin cabine aussi, on a droit à un petit sauna du visage de quelques minutes pour bien ouvrir les pores et dissoudre les saletés. Cinq à 10 minutes, pas d'odeur particulièrement forte, mais bien sûr j'étais rouge comme une pivoine après.

 

Préparation ensuite d'une masque purifiant à concocter soi-même en mélangeant un sachet de poudre et 2 cuillères à café d'eau dans le bol fourni. J'ai aimé l'application au pinceau, rappel ici aussi du soin professionnel. On le laisse 5 minutes seulement car ce n'est pas ce qu'il y a de plus agréable, la sensation de terre qui sèche sur le visage (coucou, face de singe tue l'amour!). Mais après avoir rincé à grande eau, la peau est incroyablement douce.


On termine par le deuxième masque revitalisant, la récompense, une crème fine et qui elle sent bon les huiles essentielles, qu'on laisse poser cette fois 20 minutes et qu'on ôte avec une serviette chaude et humide. Dieu que ça fait du bien. Et la bonne nouvelle, c'est qu'il reste assez de produit dans le petit tube pour en refaire un dans quelques jours, ou, comme le conseil la marque pour celles qui ont une peau réactive, d'en appliquer une fine couche sous sa crème de jour.


Voilà voilà, c'était mon moment bien-être de la semaine, si vous croisez ce kit dans une pharmacie ou un magasin bio, n'hésitez pas, il vous fera beaucoup de bien!