dimanche 28 août 2011

Redécouvrir des produits chics et pas chers

En faisant mes courses à la Migros l'autre jour, je cherchais au rayon beauté des petits carrés exfoliants qui s'activent à l'eau que j'avais l'habitude d'utiliser adolescente. Ils faisaient alors partie d'une gamme à l'abricot tout à fait sympathique mais je me doutais bien que 20 ans plus tard, elle aurait disparu. J'ai néanmoins trouvé un produit équivalent dans la gamme I am, un nom débile pour une ligne à petits prix censée parler à tout le monde. Et bingo, ça a marché sur moi. Je me suis mise à étudier attentivement tout l'assortiment et j'ai trouvé des trucs hyper utiles à 2 balles! Cinq francs exactement pour ma boîte de 25 disques peeling, 6 fr 50 pour un stylo correcteur de vernis à la cerise (il va bientôt falloir que je m'attaque à mes orteils, c'est fini les vacances, comme dit précédemment), 2 fr 50 un petit paquet de lingettes nettoyantes multi usages que j'avais payé 6 en pharmacie, et entre 1 et 3 fr pour ces masques en monodose, hydratant et détoxifiant dont un très rigolo au kiwi! Ca a fait ma journée et je peux dire sans abuser de la formule: que demande le peuple!!!

J'en profite pour vous présenter deux des produits que j'ai achetés chez Attitude Bio et dont je vais faire un usage très régulier: le démaquillant pour les yeux Couleur Caramel, 22 fr 50 les 100ml, et le vernis à ongles no 8 Rouge Mat à 13 fr 90 Couleur Caramel aussi, avec peut-être un peu moins de saloperies chimiques que dans les produits classiques. J'aime.

La dernière chose qui me réjouit ces temps, c'est l'anniversaire de Coca Cola, qui fête ses 125 ans à grand coup de merchandising! Vivent les canettes collectors avec leur pin-up, les verres à collectionner avec les menus McDo et tout un tas de jolies babioles trouvées à la Coop, tasses, plaques en métal, range-documents, etc!

vendredi 26 août 2011

Lazy friday

Journée de transition avec la fin annoncée de la canicule (18° demain, est-ce possible après la semaine à 34???), avec sa dose de réflexions. Un dernier déjeuner sur l'herbe avec Pat, avant de filer chez moi pour regarder Arabesque en rêvant à une vie d'écrivain, une petite sieste, une tarte aux pruneaux et le blog, enfin! Avec plein d'idées de sujets puisque cette fois, c'est bien la rentrée, bye bye l'été!

Mais avant, une photo pour se mettre de bonne humeur: oui, je suis toujours aussi fan des cupcakes! Ce sont eux les responsables de mes kilos, et non ma thyroïde qui fonctionne très bien, dixit mon médecin, voilà qui est clair! Mon bilan sanguin est donc parfait, je suis une ronde en pleine santé, super! Hum!

Bref, revenons aux choses sérieuses. La semaine passée, j'ai lu dans mon canard local la super story de deux nanas qui ont créé une herboristerie de montagne dans les pâturages près de Rossinière, le Jardin des Monts. Voilà un métier à rajouter à ma liste des jobs de rêve, même si la médaille a forcément un revers et que cette vie au grand air à faire pousser des petites fleurs avant de les faire sécher doit aussi être 1) peu lucrative 2) éreintante pour peu de production 3) plus passionnée que lucrative... Mais on peut quand même rêver, c'est permis et ça fait du bien!

Hasard de la vie, je suis allée pour la première fois cette semaine à la boutique Attitude Bio, à Carouge, sorte de showroom du distributeur genevois de tout un catalogue de marques bio très attractives. Au sous-sol de l'arcade, un mini institut avec deux cabines et des soins merveilleux dispensés avec amour par les deux petites fées des lieux. J'ai testé un rituel de détente total aux Fleurs de Bach dont je vous parlerai tout bientôt, mais j'ai surtout profité de mon passage pour faire mon shopping bio. Et là, que vois-je: les crèmes et les tisanes Jardin des Monts! Je me suis contentée d'un mélange de plantes pour la digestion mais j'ai testé les senteurs et textures sur ma main et je ne peux que vous recommander ces jolis produits de chez nous et soutenir une belle entreprise en faveur de l'agriculture de montagne. Regardez les points de vente ou commander directement sur le site www.jardindesmonts.ch!


Je vous parlerai aussi très bientôt de la collection maquillage automne 2011 de Couleur Caramel, dont un packaging digne de Paul & Joe!

vendredi 19 août 2011

No beauty routine on holidays


Beaucoup de mes camarades blogueuses ont présenté leur trousse de toilette pour les vacances. J'ai hésité car le choix des produits à emporter est crucial et m'a pris personnellement une bonne soirée. Mon bonami a rigolé en voyant tout ce qui était étalé sur mon lit (par exemple 4 après-soleil différents), ce qui m'a forcée à affiner ma sélection. En résumé, dans la trousse solaire, il y avait 4 crèmes avec des indices de protection différents, 4 après-soleil quand même, en spray à l'aloe vera, en tube famille pour les petits de ma soeur (Vichy), en gelée spécial coup de soleil (Liérac) et au monoï visage & corps bien sûr, la base (DiorBronze). J'avais aussi une huile Kérastase pour les cheveux que je n'ai pas utilisée puisque je n'ai pas mis la tête sous l'eau une seule fois, tout comme un soin réparateur soleil, mer, piscine, pour les cheveux d'Yves Rocher vieux comme le monde. J'avais pris pas mal de maquillage et d'accessoires pour les cheveux mais à part du rouge à lèvre le soir, je ne me suis absolument pas maquillée. Je me suis bien amusée à faire des manucures à pois ou craquelées sur les ongles de la nièce et sur les miens! Une routine minimaliste donc avec un savon au monoï Hei Poa pour la douche, un crémage à l'après-soleil DiorBronze ensuite, un pschitt de Bronze Goddess d'Estée Lauder, une touche de rouge à lèvre fuchsia ou rouge, une fleur dans les cheveux et basta. C'est ça aussi les vacances, s'en foutre un peu d'être parfaite et lâcher prise avec son image, ça fait du bien! J'ai d'ailleurs passé la semaine en tongs la journée comme le soir, tant pis pour les jolies espadrilles compensées qui allongent les jambes et chaloupent la démarche!

Au retour aussi, j'ai respecté un protocole bien sage pour perpétuer les bienfaits de ces vacances. Masque pour nourrir mes cheveux devenus un peu sauvages pendant cette semaine, crèmes très nourrissantes pour éviter le dessèchement de ma peau, gommage pour conserver un bronzage lumineux, petites expositions au soleil puisqu'il fait beau pour le prolonger, voire touche d'autobronzant léger sur les bras (toujours le lait prolongateur de Hei Poa, mon préféré). J'ai aussi renoncé au vernis à ongles sur les orteils pour quelques jours, événement rarissime pour moi. Vu que mes pieds sont bronzés, ça me change et je trouve cette vision acceptable! Par contre j'ai eu un accident d'autobronzant sur les jambes en voulant franchement tricher, déçue par leur hâle à peine perceptible. Je me suis tartinée un peu sauvagement de la super Gelée autobronzante veloutée SANS TRACE de Garnier qui promet un "hâle naturel et uniforme" et le résultat est CATASTROPHIQUE! Des zébrures plein les tibias, un côté face caramel et le côté pile blanc de chez blanc, sans parler de l'odeur qui a failli m'asphyxier toute la journée, alors qu'il faisait 32° à Lausanne et que j'avais rendez-vous avec Christel du blog 30 ans en beauté. LES BOULES!!!!! On ne voit pas bien sur la photo mais c'est du real life, ou comment faire des erreurs de débutantes, malgré 10 ans d'expérience dans la cosmétique. Ouch!

C'était la vraie vie d'une rédactrice beauté, épisode du vendredi! Bon week-end caniculaire, profitez!

mardi 16 août 2011

Peut-on survivre sans vraies vacances?

Or donc j'étais en vacances en famille sur la Riviera adriatique. Une semaine mais j'ai l'impression d'être partie un mois tellement ce changement de rythme m'a lavé le cerveau. Cela faisait des années que je n'avais plus fait des vraies vacances = SANS STRESS. Je ne me suis occupée de rien, organisation, transfert, réservation, repas, RIEN. Nous étions dans un hôtel en pension complète avec les transats et les parasols réservés au bagno, face à la mer, comme quand nous étions enfants. C'est ce que voulait ma maman qui nous a invités, mon frère, ma soeur, ses deux petits poulets et moi, en souvenir de feu mon Nonno qui a d'ailleurs payé indirectement la note avec son petit leg! Beaucoup d'émotions donc dans ce pèlerinage. En vivant ensemble 24h sur 24 à sept, on oublie vite ses petites préoccupations du reste de l'année. J'ai joué la nounou pour soulager ma soeur et j'ai essayé de profiter de chaque minute, du coup je n'ai pas eu le temps de me lamenter sur mon sort et me regarder le nombril avec circonspection. Ca change! J'ai switché off ordi, télé, facebook, téléphone portable, pas même lu un journal, une déconnexion complète et salutaire!

Et je me suis rendue compte de l'importance de ces moments de relâchement total. Cela fait plusieurs étés que je bosse comme une c... et que je charogne parce que "rien ne se passe jamais comme je voudrais", que tout le monde se casse aux quatre coins du monde siroter des margaritas pendant que moi, pauvre Calimero, suis toute seule ou presque au bureau, sans projet. Comment c'est arrivé? Je ne sais pas, le destin, les circonstances, la vie professionnelle.


Enfant, donc, je migrais en Emilia Romagna tous les mois de juin avec toute ma smala. Etudiante, j'ai préféré des vacances plus roots en bande, entrecoupés des inévitables jobs d'été pour se payer ces escapades. Dans mon précédent travail, on fermait trois semaines l'été et on pouvait prolonger facilement d'une semaine avec les heures sup' accumulées. Un mois qui permettait de recharger les batteries et de revenir en forme avec plein de nouvelles idées!

Mais là, il y avait vraiment longtemps que je n'avais plus passé de vraies vacances balnéaires. Y'a pas à dire, ça fait vraiment du bien! Il FAUT partir pour vraiment décompresser. Les semaines de congé casées ici et là où l'on reste à la maison ne servent à rien! Je pense avoir tiré quelques leçons positives de cette expérience et être revenue un peu différente!

Certes, j'étais déçue car je pensais faire un saut au fameux Summer Jamboree de Senigallia, à quelques 80 kilomètres de mon lieu de villégiature. Je pensais convaincre mon frère de bouger le dimanche mais après les heures de bouchons de la veille pour arriver, on n'avait plus envie du tout de reprendre la voiture. Tant pis, à la place, j'ai fait des chorégraphies débiles à la disco de la plage avec ma petite princesse de nièce. On s'est fait des manucures à pois comme Funambuline et c'est à peu près les seuls gestes de beauté que je me suis accordée (je vous raconte tout cas dans un billet séparé)!

Donc voilà, au lieu d'avoir ça:


J'ai eu droit à ça:



Mais c'est pas grave, on a bien ri! Je me suis sentie étonnamment bien dans cette ambiance populaire et joyeuse. Dans le fond, cette petite station balnéaire était pleine de clins d'oeil rétro, il suffisait d'ouvrir son esprit!







Bilan:
Thé earl grey: 0, Spritz: 6
Vaisselle: 0, baignades: 12
Grasse matinée: 0, siestes: 6
Cigarette: 0, gelato: 1
Achat de robe: 1, achat de cosmétiques: 2
Connexion à FB: 0, discussions philosophiques avec une fillette de 5 ans: 6

jeudi 4 août 2011

Les petites sucreries de la rentrée

Je ne suis pas encore partie en vacances mais je sais déjà tout ou presque sur ce que nous réserve la rentrée question beauté. Faut dire que sans vouloir vous déprimer, les collections maquillage de l'automne arrivent en général en parfumerie début août, cad MAINTENANT!

Question senteurs, j'ai été frappée par la ressemblance des 5 ou 6 flacons que j'ai pu humer: ça sent la bonbonnaille à plein nez! Des parfums capiteux, certes, parfois très sucrés, plutôt gourmands mais aussi parfois décevants une fois sur la peau (la mienne en tout cas, snif).


Ma préférence va quand même au Candy de Prada. Un oriental girly incarné par la Frenchie Léa Seydoux, vue dans le dernier Woody Allen, Minuit à Paris. Des muscs, du benjoin, des notes balsamiques et vanillées et la touche régressive, le caramel. Ca ne ressemble pas du tout à du Prada mais c'est délicieux! J'avoue que si j'ai beaucoup aimé l'Infusion d'Iris, je l'ai terminée dans mon fer à repasser car c'est une odeur que je préférais sur mon linge que sur moi! Bon, mon fer à repasser, lui, n'a pas trop aimé... :-(


Pas loin derrière je mettrais le Vitriol d'oeillet de Serge Lutens, parce que c'est difficile de ne pas aimer un Serge Lutens (j'en ai au moins 4!). Oeillet bien sûr, clou de girofle et note poivrées, mmh, voilà un pur philtre d'amour, "Suave, élégant et dangereux", dit le dossier de presse! Oh que oui! Un vrai poison mais plus subtile que celui qui porte vraiment ce nom...

Narciso Rodriguez, dont j'ai porté le For Her assez longtemps, étend encore sa gamme avec Essence in color, d'un beau violet. Pas mal mais je préfère l'original, Essence, dans sa grande bouteille argentée. Il s'est décliné également en Eau de musc, un must que j'ai adopté pour l'été! Celui-ci est trop floral. C'est un peu un exercice de style "pour coller à ses dernières créations vestimentaires". Soit. C'est une édition limitée.


J'attendais aussi beaucoup du premier parfum Bottega Venetta. Très élégant, très épuré, sans chichi, il marque des points en associant son image à la jolie Nine d'Urso, fille d'Inès de la Fressange. Côté jus, c'est du lourd, patchouli, bergamote, jasmin sambac d'Inde et poivre rose d'Indonésie (jusque là rien d'exceptionnel) mais sur moi, il n'a pas tourné au poudré comme je l'espérais. Je pense quand même qu'il devrait plaire aux fans de leurs sacs incroyables!



Pour du poudré, il faudra se ruer sur le No 19 poudré de Chanel, une réinterprétation du fameux parfum créé en référence à la date de naissance de Mademoiselle (le 19 août) et lancé peu avant sa mort. La note verte de départ taquine le nez mais très vite, l'iris qui a été ici accentué enrobe les notes d'un voile cotonneux pour terminer sur des notes sensuelles de musc et de bois très équilibrées. Pour toutes les inconditionnelles de l'iris (dont je fais partie!).





Et dans la famille Tout sucre, tout miel, je rangerais encore Valentina de Valentino, créé par l'un de mes nez préférés, Alberto Morillas, qu'on a moins vu ces derniers temps, et Olivier Cresp. Une composition autour de la truffe blanche d'Alba et de la tubéreuse, entourée de fleurs d'oranger, jasmin et d'une touche de fraise des bois!!! Etonnant! Le flacon est très très joli, couture, romantique, avec un bouton à pschitt fragile et délicat...




Oh! et j'ai failli oublier le plus rétro: Le Parfum chéri, par Camille, d'Annick Goutal. Camille est la fille d'Annick, décédée en 1999. Elle a repris les rênes de la maison en compagnie du nez et amie de sa mer Isabelle Doyen. La maison fête ses 30 ans cette année avec une édition limitée de la célèbre Eau d'Hadrien, et surtout ce petit nouveau au caractère bien trempé. Une odeur presque médicamenteuse, un accord chypré, du patchouli, des senteurs de sous-bois, une prune liquoreuse et un fini poudré, encore, avec de l'iris, de la violette et de l'héliotropine. Une ode à la féminité et aux actrices des années 40 qui sera disponible en octobre.






Ca vous fait envie? Vous testez chaque année les nouveautés ou vous êtes la femme d'un parfum, comme je l'entends souvent dire?